Sybille Luginbühl • Coach de vie heureuse
La Rapetta 23 • 1483 Montet / Broye (FR) • info@lavieestsybelle.ch
Mobile prof.: +41(0)79 573 04 55 • Tél. privé: +41(0)26 668 13 13
   
   
amour.png

Evénement

POUR PLUS D'INFOS
sur le 2ème spectacle 

(cliquer ici)

ou sous ateliers et événements

 

 

Venez à notre spectacle

vous y trouverez des pistes et des outils

pour une meilleure communication
avec vous et avec l'autre !

Vous rirez... de vous et grâce à nous...

 

Que la vie soit belle pour vous !

 


  

 QUI  EST  SYBELLE  ?  INTERVIEW

 

 

Poser des questions ou se poser des questions...

c’est déjà s’ouvrir à des réponses…

 

Qu’est-ce que le développement personnel ? 

C'est tout ce qui est ou peut être mis en œuvre, afin d’aller à la découverte de soi, d'acquérir de plus en plus de conscience, de se connaître toujours mieux, d'accepter, de développer sa créativité, de libérer sa vraie personnalité du passé et du souci des apparences, de prendre sa responsabilité, de développer ses potentiels, de savoir s'aligner, de s’ouvrir à l’expérience spirituelle, etc… Tout cela pour moi est du développement personnel. Je le pratique régulièrement et il me sert à vivre toujours mieux avec moi-même et avec les autres.
 

Quelle différence faites-vous entre développement personnel et croissance personnelle ?

Pour moi, c'est pareil. L'expression "développement personnel" devient un peu usée; je l'ai beaucoup utilisée, du coup je lui préfère aujourd'hui l'expression "croissance personnelle". 
 

Pouvez-vous nous en dire plus sur le silence ?

J’ai confiance que chacun possède en lui ses propres réponses.
Parfois, pourtant tout est embrouillé.
Parler à quelqu’un peut aider à démêler « l’écheveau ». Parfois parler à certaines personnes embrouille encore plus.
Partager avec un coach professionnel permet, à coup sûr,  une mise à plat et un éclairage neutres.
La parole est souvent une étape importante dans la résolution d’un problème.

Le silence, par contre mène à soi. Il est un retour à la source. Il est nécessaire pour entendre ses propres réponses et pour être centré(e). Le silence est aussi une étape importante dans la résolution d’un problème

Pour moi, il est donc judicieux de mélanger dans une juste proportion une recherche extérieure qui se vit dans la parole avec d’autres personnes et une recherche intérieure qui se vit dans le silence avec soi. Je propose 2 ateliers dans ce sens : "Apprendre à s'aimer" et "Apprendre à s'écouter"


Qu’est-ce qu'une révision de vie ? 

J’ai animé pendant 12 ans (6 ans à Nyon (VD) et 6 ans à Domdidier (FR)...) des rencontres dans le cadre d’un mouvement chrétien pour enfants et préadolescents (MADEP : www.madep-ace.ch).
Une possibilité avait été donnée à l’époque de se rencontrer une soirée entre responsables pour éclairer notre vie grâce à des partages.
Suite à cette expérience, quelques responsables plus passionnés par le développement personnel, plus audacieux, plus courageux, plus âgés aussi, on choisit, toujours dans la même idée, de se rencontrer pendant tout un week-end.
Le groupe s’est modifié en cours de route, mais avec 3 autres personnes nous avons formé, sans le savoir à l’avance, un noyau de base qui s’est rencontré pendant 20 ans à raison d’un week-end tous les 6 mois. C'était notre week-end "révision de vie".
Aujourd’hui je réalise que nous avons fait du coaching avant l’heure et sans en avoir jamais entendu parler.
Le groupe s'est dissout en début d'année 2006. Puis sur l'initiative d'une ancienne participante un groupe est reparti en février 2009 : nous avons été 5 personnes, puis 3 et nous nous rencontrons pour une soirée à raison de 3 ou 4 fois par année.

Pourquoi dites-vous «courageux» ? 

Parce qu’il nous a fallu du courage pour oser aller plus loin en nous. Une soirée c’était 2, 3 ou 4 heures. Un week-end c’est devenu une quinzaine d’heures, parfois plus.
Parler authentiquement et en profondeur de son vécu et écouter les autres parler du leur cela va vous chercher dans votre ressenti, vos émotions, vos besoins. Le travail se fait autant à parler qu’à écouter. Les surprises, les révélations ont souvent au début été surprenantes. Avec «l’habitude» les surprises restaient présentes, mais moins décoiffantes... quoi que... ,-)

Voulez-vous dire qu'il faut du courage pour changer  ?

Oh oui, parce que changer veut dire quitter ce que nous connaissons et perdre ses repères. Cela nous fait vivre des moments de stress plus ou moins intenses et nous faire passer par des zones d'inconfort. Cela même quand nous voulons quitter quelque chose qui ne nous plaît pas.  C'est pour cela d'ailleurs que c'est toujours une bonne idée de se faire accompagner... par un coach, par exemple. ;-)

Vous êtes maîtresse de cuisine et vous jeûnez ?

Le jeûne justement nous fait quitter notre zone de confort, certaines de nos habitudes. Il ouvre à une découverte de nous-même, à une ou des parties que nous ne connaissons pas bien. J'avais envie d'essayer... mais pas de manière aléatoire.
J'ai donc vécu l'expérience d'un  premier jeûne en été 2006 lors d'un stage résidentiel d'une semaine en France.

Pour la réussite d'une première expérience je recommande fortement d'être accompagné(e) par des professionnel(le)s.
Pour cette première, j'ai vécu 6 jours complets, sur place avec un groupe en partageant des activités diverses et... sans manger.

La découverte a été si grande, qu'au printemps 2007 j'ai participé, avec d'autres personnes, à des jeûnes accompagnés.

Un jeûne accompagné est différent, dans l'encadrement d'un jeûne résidentiel.
Avec un jeûne résidentiel vous êtes ailleurs : c'est comme des vacances organisées.
Avec un jeûne accompagné, vous restez chez vous; vous vivez comme d'habitude toutes vos activités de la journée et de la semaine, et... vous ne mangez pas... ,-), vous rencontrez l'animatrice et le groupe en général le soir pour un partage du vécu et aussi parfois durant la journée pour des activités diverses en commun.

Le temps où nous ne mangeons pas dure 7 jours, voire un peu plus. La reprise se fait avec le groupe.

Le deuxième jeûne au printemps 2007 a été différent du premier : plus difficile dans le manque.

Comme les découvertes ont été fortes j'ai poursuivi avec un nouveau groupe, au printemps 2008.
Ce 3ème jeûne, en 2008 a encore été différent : magnifique !

Au printemps 2009, des activités se sont ajoutées et comme à chaque fois des découvertes ont été au rendez-vous. Ce quatrième jeûne de 9 jours cette fois a été magnifique et impressionnant.
Le jeûne de 2010 a été délicieux, celui de 2011 aussi.
Malgré "l'habitude" à chaque nouveau jeûne j'ai le trac.
Le jeûne de 2012 a été extra et ceux de 2013 et 2014 magnifiques en énergie.

Ce sont ajoutés un jeûne par année. Depuis 2017 je jeûne seule jusqu'en 2020 où le jeûne étant prévu lors du confinement : j'ai préféré continuer de manger, mais de manière très frugale.

Tous ces jeûnes me font m'interroger sur ma manière de me nourrir et pourquoi je mange. Grâce à eux aussi j'apprécie encore plus de manger et je fais des choix.
Je suis de plus en plus intéressée par "le prana" = le fait de se nourrir de lumière. Mais je comprends aussi que la nourriture est très très émotionnelle. Tout n'est pas toujours très simple avec elle.

Pourquoi le trac ?

Parce que je ne sais pas ce que je vais rencontrer et découvrir en moi durant cette ouverture.
Dans cet espace où je ne mange pas il y a de la place pour accueillir autre chose... et qu'est-ce que cela va être  ?
J'ai le trac aussi parce que j'ai conscience qu'il se passe des choses importantes en moi durant ces jeûnes. Avec "l'habitude" la confiance grandit. Maintenant le trac se couple avec la réjouissance de ce que je vais découvrir et recevoir. Avec les années, je profite un maximum de la sensation de légèreté et d'espace intérieur gagnés en jeûnant.

Qu'est-ce donc pour vous que cette '' force supérieure '' ? 

Pour moi force supérieure veut dire que je vis une spiritualité au quotidien et que dans ma vie de tous les jours je ne suis pas seule, je suis guidée, soutenue dans ma vie et rien n’est jamais un hasard.
Avec le temps et l'expérience j'ai compris que cette force supérieure est partout ET aussi qu'elle est en moi. Le "défi" est d'être en contact avec moi, pour être en contact avec elle. Je propose un atelier dans ce sens-là : "Apprendre à s'écouter"
Durant certains jeûnes j'ai été plus et mieux en contact avec cette force supérieure qui est en moi.
Mon problème majeur a été mes blessures et mes programmations du passé qui me retenaient avec mes peurs. J'ai travaillé assidûment au changement quand mes croyances ou mes peurs me bloquaient sur mon chemin. Cela m'a pris un certain temps et m'a mise souvent dans des zones d’inconfort. Je me coache régulièrement pour avancer dans ma vie, faire des prises de conscience, dépasser mes peurs, m'aimer et aimer les autres.

Qu’est-ce qu’une croyance ? 

Une croyance est une vérité que j’ai faite mienne suite à une expérience vécue. En général la croyance est liée à une émotion. Il y a des croyances que j’ai créées moi-même et il y a des croyances que j’ai acceptées comme vraies de mon éducation, de mes enseignants, de la religion, de la croyance populaire, de mes ami(e)s, d’un groupe dont je faisais ou fais partie, etc… Il y a aussi des croyances que j'ai prises par capillarité aurais-je envie de dire... : on ne m'a rien dit, mais j'ai ressenti et "pompé" des choses qui m'ont amenée à certaines croyances. Si j’ai une croyance qui me fait du bien, m’aide dans ma vie... pas besoin de la changer. Si par contre j’ai une croyance limitante, voire néfaste il vient un moment où il serait sage de prendre un temps pour la revisiter et pour la transformer. Le coaching et la consultation globale que je vous propose en première rencontre individuelle sont de très bons outils pour faire des liens directs et pour initier une transformation.

Est-ce que " aimer la vie " est quelque chose qui s’apprend ? 

Pour moi l’enfance a été une période difficile et triste. La devise qui me vient à l’esprit quand j’y repense est : «Marche avec nous et comme nous... ou crève !»
Je sentais en moi qu’il fallait que je parte de cet environnement et dès mon premier poste de travail obtenu, j’ai pris mon indépendance.
Ce que j’ai réalisé alors c’est que j’avais été marquée par cette enfance et j’ai cherché à comprendre et à apprendre sur moi. Depuis je n’ai jamais cessé de le faire.
Mon premier week-end de développement personnel je l’ai fait avec Jacques Salomé et j’ai pleuré tout le week-end. J’étais la plus jeune du groupe et je ne comprenais rien de ce qui m'arrivait. Donc pour moi il est évident que j’ai appris…
J’ai appris à me comprendre, à me connaître, à m’accepter, à me reconnaître, à m’apprécier et à m’aimer.
J’ai aussi appris à aimer la vie : j’ai appris à la comprendre, à la connaître, à l’accepter, à la reconnaître, à l’apprécier, à lui faire confiance et à l’aimer. Et je fais pareil avec les gens.
Oui je suis sûre que s’aimer s’apprend, aimer la vie s’apprend, aimer les gens s’apprend.
 
L'Amour s'apprend et nous avons surtout à le découvrir en nous, car il est là au centre de nous-même, mais souvent nous ne savons pas comment y accéder parce qu'il est "recouvert" de peurs, de croyances, de blessures, de masques. 
Pour moi aimer est une décision à prendre et une pratique à apprendre.
Pour accompagner les personnes désireuses de développer plus d'amour pour elles, j'anime un atelier intitulé : "Apprendre à s'aimer"
.
 
En plus de s'apprendre, le Bonheur et l'Amour se cultivent… comme un jardin.
D’ailleurs je viens de découvrir que Bouddha le dit ainsi :'' le plaisir se ramasse, la joie se cueille et le bonheur se cultive''.
Pour cultiver l'Amour et le Bonheur en soi,  il est nécessaire et primordial d' "Apprendre à
s'écouter"
, et c'est le thème d'un autre atelier auquel vous pouvez participer.

Etes-vous toujours positive ?

Une fois les moments de tristesse, de colère ou de peurs acceptés, ce qui demande un travail personnel de fond (qu'il peut être utile de faire avec un coach), je recherche la paix intérieure. Etre positive me conduit sur ce chemin; c'est un choix que je refais fréquemment.
Dans cette idée de cultiver le bonheur, et l'Amour, et de l'exercer, j'avais créé des soirées positives. Article paru dans L'Objectif du 09 avril 09. Si cela vous dit d'en organiser vous pouvez me contacter

Quelles différences faites-vous entre vous connaître et vous reconnaître ?

Me connaître c’est voir comment je suis, comment je réagis, comment je parle. Etre attentive à mes gestes, mes paroles, mes actions, mes pensées aussi. En fait c’est comme si je m’observais vivre.

Me reconnaître c’est choisir ce que je veux être vraiment, faire mien et alors penser, dire et faire en accord avec moi.
 

Qu’est-ce que la vie a de si beau pour vous ?

Je suis émerveillée par les signes que la vie m’envoie. Pour moi, il y a une force au-dessus de nous et elle s’exprime dans ma vie à travers un langage symbolique.

Je suis attentive à ce qui m’émeut, me touche, attire mon attention. Je suis ouverte, j’observe, j’écoute, je vois autour de moi, j’accueille les sensations.
J’aime les synchronicités, les «hasards», les surprises. Et je reçois ainsi des réponses, des confirmations, des messages… que je décode, pour moi et j’adore cela.
Je suis en contact avec mon intuition et je l’écoute ; c’est alors comme si j’étais en connexion avec quelqu’un qui me guide. Quand je peux mettre un sens à ce qui m’arrive, même si l'événement est difficile à vivre  présentement, qu’ensuite je crée mon existence en posant des choix et des actions, puis que je vois concrètement les résultats, alors je trouve vraiment la vie magnifique.


Pourquoi aurai-je besoin d’un coach de vie ?

Parce qu'il est légitime pour chacun d'avoir parfois besoin d'aide.
Parce que l’on n’évolue jamais seul.
Parce que le coach est une personne impartiale qui est là uniquement pour vous et qui n’a aucun a priori ; c’est un(e) professionnel(le) qui a une écoute et un regard neufs et neutres.
Pour mettre encore plus de conscience dans votre vie.
Et parce que c’est plus facile d’avancer accompagné(e) dans les moments plus intensifs de sa vie.
Il peut y avoir encore bien d’autres raisons… la liste n’est pas exhaustive.

Quels sont les changements que cela pourrait m’apporter ?

Les changements sont ceux que vous choisirez de faire. Il peut y en avoir une multitude.

Quand est-ce que je verrai les premiers changements ?

Tout dépend de votre investissement, de vos intentions, de votre engagement, de votre assiduité, de votre disponibilité, de vos résistances, de votre rythme aussi.
Dans la majeure partie des coachings , vous choisissez des actions que vous posez dans votre vie de tous les jours… et à partir du moment où l’énergie est bougée, les changements arrivent… Ca peut être très rapide.

Est-ce que je ne risque pas de le regretter ?

Il serait bien que vous précisiez votre question, mais, à mon avis le seul risque que vous prenez en faisant du coaching c’est que votre vie soit plus belle et que vous soyez plus épanoui(e). Comment regretter cela ?
Peut-être avez-vous peur de réveiller des choses qui dormaient en vous ou dans votre vie… Ne croyez pas que les choses en dormant ne vous influencent pas ; le mieux à mon avis est d’être conscient de ce qui vous habite. Vous pouvez ainsi mieux vous comprendre et mieux comprendre votre vie.
Une chose est sûre : "si vous voulez changer les choses, elles vont changer" et le changement, c'est normal fait peur. Pour ma part, traverser des peurs vaut le coup si je me retrouve mieux sur l'autre rive

 

 

Envie d’en savoir plus… Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Des questions qui vous titillent… écrivez-moi
Contactez-moi … je vous répondrai volontiers…

 

 

Poser des questions ou se poser des questions...

c’est déjà s’ouvrir à des réponses…